mercredi 10 février 2016

Parelli, mon poney et moi.. Ce joyeux merdier - Acte I

Ce qui me plait dans Parelli? (oui je m'auto-interview si je veux, c'est mon blog) L'adaptabilité de l'approche à chaque licorne, chaque troll (oui c'est toi humain), chaque couple que nous formons gaiement? La possibilité d'apprendre "seul.e"? Le fait de pouvoir gagner en sécurité, confort, plaisir et même performance avec mon cheval, le tout en même temps? Avoir à disposition un nombre incalculable de support pédagogique me permettant d'avancer n'importe où, n'importe quand(ça c'est probablement la raison qui plait le moins à mon banquier)? Toucher du doigt mes rêves les plus fous? Trouver enfin une manière de communiquer avec mon cheval, qui, après de nombreux essais auprès d'autres approches, me parait être la plus juste et équilibrée pour le couple que nous formons?...

En fait le résultat de l'opération est simple:

C'est ti' pas la joie?




Et oué.
Je me suis vite rendue compte que ça ne fonctionnait pas comme un coup de baguette magique ce truc.

Peut être parce que Parelli c'est pas de l'étho-magie déjà, et parce que le seul tour qui donnait l'illusion que j'avais des supers pouvoirs c'était de faire craquer mon nez en imitant le bruit de la félure avec mon ongle contre une de mes dents (autant te dire que je me suis fait très vite plagier l'astuce, et que vingt ans plus tard ça fait toujours fureur dans les cours de récré)? Probablement.

J'ai mis du temps à capter que PNH c'est une sorte de poupée russe géante, qui n'en fini jamais de pondre des petites soeurs.
Si tu n'as pas compris la métaphore, ça sous entend que tous (je dis bien TOUS) les concepts de cette méthode sont liés et inter-dépendants, ce qui a mis légèrement violemment au tapis la pauvre girouette que je suis, incapable de tenir des bonnes résolutions plus de 3h40.

En fait Parelli, c'est un peu comme l'amour que tu portes à Justin Bieber: tu l'aimes ou tu le quittes. C'est tout ou rien (au delà des valeurs propres à chacun, parce qu'on n'est pas que des groupies sans cervelle, qu'on garde donc encore et heureusement, notre libre arbitre!).

 Alors oui, y a deux trois trucs qui t'aideront sûrement à régler quelques soucis, mais si tu veux vraiment voir les effets positifs de cette approche et ce qu'elle peut t'apporter dans ta relation avec Caramel (du moins si t'es toujours pas satisfait.e de ce que vous bouinez en ce moment).. Chéri.e faut pas twerker des miches pendant quinze ans: faut que t'essaye, que t'en bouffe, que tu sois prêt.e à te remettre en question every day (si ce n'est quinze fois à la seconde), que tu sois aussi un peu mazo pour t'auto-manager (et crois moi, c'est dur d'être alone, même quand t'as ton gentil poney qui te montre à quel point il t'aime en te bavant quotidiennement dessus), que tu sois ready à te construire une belle carapace digne des tortues ninja pour prendre avec le sourire et avec avec sérénité (surtout avec sérénité) ce que ton entourage équestre (ou pas) va pouvoir rétorquer à chacune de tes tentatives parellistes, ect..

Bref la liste est longue. D'ailleurs il devrait quand même mettre ce petit "Spoiler Alert" dans leurs DVD ou leurs bouquins, histoire de prévenir un minimum les pingouins commme moi qui s'intéressent à ce que font le moustachu et la petite blonde avec leurs chevaux. Parce que je vais t'avouer un truc Harry : mine de rien, moi, j'ai mis du temps à être prête à tout ça (et j'ai même encore des rechutes).



Oui oui, même que si j'étais du genre Matthieu Ricard je te dirais que c'est le travail de toute ma une vie.


"Dis la vérité!"

Ok ok je rectifie! Tu n'es pas obligée de devenir si agressif.ve...:


Je  travaille avec acharnement quotidiennement pour être prête à tout ça.

Voilà c'est mieux?




Dans le prochain article je te parlerai plus explicitement des concepts de l'approche (sa philosophie, "sa construction"), ce qui la rend aussi merveilleuse que complexe (et non compliquée), puis après j'évoquerai les horsenalities (le principe, les objectifs), leurs magie et les boutons qu'elles peuvent finir par te donner lorsque tu ne parviens pas à les utiliser correctement avec ton poney.  

1 commentaire:

  1. ah parelli!! au début c'est magic! non au début c'est dur, t'es tout seul tu passes ton temps à te prendre les pieds dans la longe et la cordelette, tu découvres que t'es toute molle du bras tant le stick te semble lourd, tu gesticules dans tous les sens, tu es en phase "d'incompétence inconsciente" mais peu à peu tu trouves comment faire et là c'est magique, tu as l'impression d'être le maitre du monde, tu te fais enfin comprendre de ton cheval!!! et puis tu te rends compte qu'en fait tu n'as fait que gratter la surface tu découvres la phase "d'incompétence consciente" et qu'il y a encore tout un univers à découvrir, à apprendre et tu passes par la phase de déprime "j'y arriverai jamais" mais au lieu de baisser les bras tu persévères, tu deviens addict, tu veux tout comprendre, tout essayer, avec ton cheval mais aussi avec d'autres chevaux (c'est la phase de "compétence consciente") et un jour on aura cette "compétence inconsciente" qui fera qu'on saura exactement comment faire sans plus y réfléchir! mais ce jour est loin alors oui, faut bosser chaque jour et se remettre en question aussi souvent! merci pour cet article très sympa et réaliste pour un paréliste!

    RépondreSupprimer